VLAANDEREN ONS VADERLAND ! FLANDRE NOTRE PATRIE !

Tout individu fait d’abord partie d’une ethnie avant d’appartenir à un Etat! Nous appartenons à l’ethnie FLAMANDE avant d’être Français !
 
AccueilAccueil  PORTAILPORTAIL  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Demain, la décroissance ! Penser l’écologie jusqu’au bout

Aller en bas 
AuteurMessage
De_Vlaamse
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Demain, la décroissance ! Penser l’écologie jusqu’au bout   Sam 26 Avr - 10:46

Demain, la décroissance ! Penser l’écologie jusqu’au bout
On
aura beau retourner la question dans tous les sens : notre planète
commune demeure un univers «fini» dans lequel une croissance économique
infinie ne saurait se concevoir. Ceux qui l’ont peuplée, ceux qui la
peuplent, et surtout ceux qui la peupleront un jour, n’auront d’autre
choix que de tenir compte de cet inévitable préambule, à moins de
penser contre le bon sens le plus élémentaire.
Il est bien
dommage qu’Alain de Benoist soit plus écouté ailleurs qu’ici ; c’est
ainsi. Bref, que nous dit son dernier essai, Demain, la décroissance,
de la sorte sous-titré : « Penser l’écologie jusqu’au bout » ?
Simplement ceci : le lien organique liant l’homme à la terre s’est peu
à peu délité. Avec l’arrivée du christianisme, qui, d’une certaine
manière, a fait de la flore et la faune, une sorte de concession
perpétuelle, de fait désacralisée, sur laquelle l’homme pouvait régner
en toute liberté. Avec celle du cartésianisme, encore, qui, ayant fait
table rase des mystères ancestraux, a transformé notre monde en cire
vierge, destinée à être à volonté remodelée, exploitée sans vergogne,
puisque ne s’agissant au final, que d’une banale mécanique, destinée à
être en permanence ajustée. Là, il serait trop facile, et tellement
convenu, d’accuser l’auteur d’anticatholicisme primaire. La preuve en
est qu’il rend grâce, à plusieurs reprises, à saint François d’Assise,
ami de la nature et de ces créatures qui, à défaut d’âme, ont néanmoins
un cœur, tout comme, derrière un vieux chêne, il y a toujours un esprit
qui sommeille. Comme par une sorte de bienvenu hasard du calendrier, le
Pape Benoît XVI lui répond, presque en écho, dans ce texte intitulé,
Famille humaine, communauté de paix : « L’humanité s’inquiète
aujourd’hui à raison de l’équilibre écologique de demain. Il est
important que les déclarations à ce sujet soient faites avec prudence,
en concertation avec des experts et des gens de sagesse, sans pression
idéologique à tirer des conclusions hâtives, et par-dessus tout dans le
but d’atteindre un accord sur un modèle de développement durable
capable de garantir le bien-être de tous tout en respectant les
équilibres environnementaux. Si la protection de l’environnement
nécessite des dépenses, celles-ci devraient être justement distribuées,
en prenant en compte les différents niveaux de développement de pays
divers et le besoin de solidarité avec les générations futures. »
Joliment vu.

Soit, à quelques
détails près, ce que prône Alain de Benoist dans son livre. Ne pas
céder aux prophètes de malheur. Mais également regarder le monde tel
qu’il est. Le réchauffement climatique est certes réel. Mais est-il
seulement dû à l’activité humaine ? Après tout, les pets des vaches et
les éruptions volcaniques, phénomènes que les hommes ne sauraient
régir, sont au premier rang des pollutions scientifiquement constatées.
Il n’empêche, nous rappelle l’auteur, que le stock d’énergie fossile,
gaz et pétrole, a mis trois cent millions d’années à se constituer et
que nous, monde occidental, en avons déjà dépensé plus de la moitié en
moins d’un siècle. Certes, il peut exister d’autres gisements à
exploiter. Mais cela conduira à mieux reculer pour mieux sauter.
Certes, on peut miser sur le nucléaire. Mais quid des déchets, legs
douteux abandonné aux générations futures, alors même que les stocks
d’uranium ne sont pas inépuisables non plus ? Certes, il sera toujours
possible de trouver d’autres énergies ; mais le génie humain, lui
aussi, n’est pas infini.
Ces problèmes vont se poser avec
d’autant plus d’acuité que ce monde occidental n’est plus le seul à
vouloir maintenir ou accéder à un mode de vie dépensier : d’autres pays
émergents voudraient à leur tour avoir leur part d’un gâteau qui, tel
que chacun sait, ne peut produire plus de parts que de raison. La Chine
et l’Inde ont désormais des exigences énergétiques qui, jusqu’alors,
leur étaient inconnues. Et pourquoi refuser à l’un ce que l’on
accorderait à d’autres ? Le sujet est d’autant moins anodin qu’il n’en
finit plus de susciter guerres et conflits. La bataille de l’énergie
est à tous les étages, dans les pays producteurs – l’Irak – ou
convoyeurs – l’Afghanistan. Et si, humanisme égalitaire oblige, tous
les pays du monde voulaient accéder au mode de vie des seuls Américains
– mais, celui-ci n’est pas « négociable », rappellent-ils à chaque
tentative de sommet mondial de l’environnement –, il nous faudrait au
moins cinq Terres supplémentaires pour que chaque petit humain puisse
enfin rouler en 4X4 et prendre l’avion dès qu’il lui chanterait, pour
passer Pâques aux Seychelles. Et c’est là où cet ouvrage est le plus
passionnant, non point dans ce qu’il décrit, mais dans ce qu’il laisse
entrevoir. Soit un monde de demain dans lequel l’énergie, et l’eau,
deviendront denrées rares. Dès lors, à l’exception de technologies
légères, et peu gourmandes, – celles de l’Internet, par exemple –,
c’est toute la mondialisation en cours qui devra être remise en
question, non point pour cause de panne idéologique, mais tout
simplement pour pénurie de kérosène. Les pommes chiliennes, rapatriées
par avion de Santiago, et vendues moins chères que celles du paysan du
coin, pourraient bien disparaître, pour être tout bonnement vendues là
où elles auront été produites. Tout comme ces poissons péchés en
Islande, rapatriés par bateau au Maroc pour y être vidés, avant d’être
ensuite revendus à Rungis, en Île-de-France… Après les délocalisations,
induites par le pétrole pas cher, les relocalisations obligées,
explosion programmée du prix du baril oblige ? Nous n’y sommes pas
encore, mais nous avons déjà un pied dedans.
Alain de Benoist
ou l’éloge de la frugalité, voilà qu’elles sont les pages les plus
hautes de cet essai… La simple intelligence aurait pu nous conduire à
imaginer qu’une croissance infinie s’en irait fatalement percuter le
mur des réalités. Celle-là ne suffisant pas, ce sont ces réalités qui,
tôt ou tard, nous ramèneront à plus de raison. À un monde dans lequel
«l’être» comptera peut-être plus que «l’avoir». Un monde dans lequel
nous réapprendrons éventuellement à revivre comme «avant», avec les
avancées technologiques du «demain», peut-être plus légères et moins
néfastes pour la nature, à initier un autre cycle, tel que cela s’est
souvent vu dans une histoire de l’humanité qui est tout, hormis
linéaire. Sans culte du perpétuel mouvement, sans envie d’aller
toujours plus vite pour aller toujours plus loin, pour aller chercher
ailleurs ce que l’on a souvent ici. Un monde dans lequel on prendra à
nouveau le temps de vivre et de réfléchir, de voyager de «l’intérieur»,
comme si cette société frénétique, issue des révolutions
technologiques, du charbon jusqu’à l’omniprésente téléphonie mobile,
n’avait été finalement qu’une banale et courte parenthèse. Écrit de la
sorte, ça a l’air un peu bête. À y mieux penser, cela l’est sûrement un
peu moins. Ce d’autant plus qu’on ne prend jamais assez le temps de
regarder les oiseaux et passer les saisons. D’où ce salutaire essai
qu’il convient, justement, de prendre le temps de méditer.
Pour commander le livre, cliquez ICI
Revenir en haut Aller en bas
 
Demain, la décroissance ! Penser l’écologie jusqu’au bout
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Non, Voltaire n'a jamais dit "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire".
» Que penser de l'émission tv "Ufo hunters"?
» hypocrisie ?
» Envie de dépenser de l'argent!
» neige: et demain?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VLAANDEREN ONS VADERLAND ! FLANDRE NOTRE PATRIE ! :: Connaître la Flandre et les Flamands :: Religion et coutumes / Godsdienst en gewoonten-
Sauter vers: