VLAANDEREN ONS VADERLAND ! FLANDRE NOTRE PATRIE !

Tout individu fait d’abord partie d’une ethnie avant d’appartenir à un Etat! Nous appartenons à l’ethnie FLAMANDE avant d’être Français !
 
AccueilAccueil  PORTAILPORTAIL  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fêter le solstice d'hiver

Aller en bas 
AuteurMessage
De_Vlaamse
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Fêter le solstice d'hiver   Dim 16 Déc - 14:11




Depuis la mémoire des temps, les tribus fêtaient le jour le plus court de l'année, le 21 décembre, jour du solstice d'hiver à partir duquel le soleil remonte graduellement sur l'horizon. Dans le Nord et l'Est de l'Europe en particulier, les rites teutons, germains et celtes, organisaient, dans la joie, des fêtes pour le soleil renaissant, pour le feu et la lumière nécessaires à la vie, symboles de chaleur et de prospérité. A Rome aussi, du 19 au 26 décembre, les Saturnales étaient une période de réjouissance où 1'on s'offrait déjà des cadeaux et où on honorait des dieux.
Mais en 1'an 708 de Rome (vers moins 50 av. JC), un certain Jules César voulut modifier le calendrier lunaire du roi Numa pour le mettre en accord avec le cours du soleil. Il créa le calendrier julien, base de notre calendrier actuel. Le jour le plus court fut situé erronément le 25 décembre.
Le mithraïsme, d´origine persane, fut importé à Rome en 68 av.J-C, par des légionnaires. Cette religion respectait les dimanches comme jours sacrés et célébrait la naissance de Mithra, dieu du soleil, le 25 décembre, " Dies Natalis Solis Invicti ".
L´empereur Commode, 161-192, se fit initier aux mystères de Mithra.. Plus tard, en 274, 1'empereur Aurélien, conquérant en Orient, fut le premier empereur qui se soit fait diviniser de son vivant, voulant renforcer ainsi son pouvoir politique et spirituel sur les multiples diversités et sensibilités de son empire. Il imposa le culte du Soleil Invaincu comme religion d´état lors de la célébration du 25 décembre. Les Chrétiens ont repris cette fête.


Cette période désormais appelée "Noël", portait différents noms selon les pays de France.
Yul en Normandie, Nedelec en Bretagne, Nadal en Languedoc, Nan en Anjou, Poitou et Charente, Calendo en Provence, Chalende en Dauphiné par exemple. Son temps est de douze nuits mais peut varier selon les contrées. Durant les douze nuits de célébration, la nuit la plus importante est la plus longue de l’année, le 21 décembre. C’est le solstice d’hiver à partir duquel le soleil invaincu remonte progressivement sur l’horizon. C’est le perpétuel cycle de la mort et de la vie, du Ragnarök et de la renaissance. A la fois fête des morts, du clan et de la fécondité, cette tradition enracinée jusqu’au plus profond des âges nous rappelle combien il est important de préserver nos mémoires en ces temps de chaos. A chacun donc de perpétuer la tradition en famille autour d’un bon repas, d’un feu chaleureux et d’un bon verre de vin chaud !


Fêter le solstice d'hiver

Dans tous les pays nous retrouvons de grandes affinités communes, je parlerais ici plus particulièrement du solstice Nordique. Tout d’abord, décorons la maison avec des branchages de gui, de sapin et spécialement de houx, qui accrochés sur les murs ou au plafond offriront la présence de la nature. Couronnes et guirlandes doivent être nouées de rubans en papier doré. Afin de respecter une certaine harmonie nous limiterons à deux le nombre coloris. Chaque territoire à ses couleurs, rouge et jaune en Normandie et en Occitanie. Noir et jaune pour la Flandre. Rouge et blanc en Alsace. Les feuillages peuvent également être rehaussés par des petits objets en paille tressée et noués de rubans rouge. Dans un petit rondin de boulot nous graverons les Runes du Futhark Germanique qui correspondent à chaque membre de la famille. A l’extérieur, on suspend avec des rubans rouges sur la porte de la maison une grosse boule de gui. On la brûlera généralement dans le feu lors de la dernière veillée du cycle des douze nuits. L’incontournable sapin, symbole le plus populaire dans le monde, prend ses origines dans l’antiquité Païenne. La forêt et les arbres (Yggrasill, Irminsul…) ont une importance rituelle capitale. Le sapin doit être choisi le plus haut possible avec ses racines de manière à pouvoir le replanter par la suite. Il doit être décoré de rubans de couleurs, de bougies (éviter les guirlandes électriques), de boules colorées, d’oranges plantées de clous de girofle, de petits gâteaux et d’objets en paille tressée. Il faut placer au sommet de l’arbre un symbole solaire. Soleil de paille ou roue solaire.

Le soir du solstice d’hiver, le maître de maison va choisir une bûche de bois. Elle aura un rôle primordial dans la veillée. C’est un élément clé de la décoration du foyer et du déroulement du rituel. Présente dans la plupart des pays Européens, elle porte le nom de Trefouet en Normandie, Kerstblock en Flandre, Holtzklotz en Alsace, Kef an Nedelek en Bretagne, Choque en Picardie, Coque en Champagne, Catsaou en Gascogne, Tronche en Savoir et Franche-Comté, Cachafuec à Nice, Tio en Roussillon, Calignaou en Provence, Turro de Nadal en Languedoc, Cippo en Corse… Cette bûche devra être décorée par l’épouse, avec du feuillage de houx, de sapin et du gui, puis entourée de rubans de couleurs. Des devises, Runes ou symboles peuvent être gravé sur la parcelle de bois. Par la suite, juste avant d’être placée dans la cheminée, la bûche doit être arrosée d’eau de vie par l’enfant le plus jeune. Le plus âgé des enfants, lui, placera ensuite cette bûche sur une structure consciencieusement préparée de papier froissé et de brindilles. Il doit ensuite allumer le feu avec un tison provenant du solstice d’été précédent et dire : « Que cette flamme venue du jour le plus long de l’année nous éclaire pendant la nuit la plus longue. Qu’avec elle, le soleil revienne dans notre demeure. »*

Pendant que le feu brûle toute la famille se réunit autour de la table. Il faut alors allumer trois bougies symboliques de cette veillée, représentant des parents disparus, des amis absents et des enfants à naître. Elles doivent se trouver sur le même et unique bougeoir, de préférence en fer. Le père allume d’abord la bougie rouge en disant : « J’allume cette flamme en souvenir de tous les morts de la famille qui nous ont précédé sur cette Terre et sans qui nous ne serions pas ce que nous sommes». La mère allume ensuite la bougie bleue en disant : « J’allume cette flamme en témoignage de fidélité à tous le parents et amis absents qui ne peuvent se trouver avec nous ce soir mais qui partagent notre foi dans le retour de la Lumière. » puis, la personne la plus âgée allume la bougie verte en disant : « J’allume cette flamme en espérance de tous les enfants qui naîtront dans notre communauté et perpétueront à leur tour le feu du soleil ». Les trois bougies allumées, des petits présents symboliques liés à la cérémonie sont offerts à chacun. Juste avant de commencer le repas, arrive le grand moment pour le maître de maison d’allumer la bougie se trouvant au sommet de la Tour de Jul, elle doit être en partie déjà consumée et ne doit durer que le temps de la veillée. Il doit alors prononcer ces mots : « J’allume cette dernière flamme de l’année qui s’achève. Qu’elle éclaire de sa lumière et de sa joie la veillée du solstice d’hiver de l’an (ici la date) parmi tous les membres de la famille… (ici le nom) ». La bougie qui se trouve à l’intérieur de la tour symbolise l’année à naître du cœur même de l’année qui s’achève. Cette bougie doit rester éteinte jusqu’à minuit.

Vient alors l’heure du repas, pendant lequel il faut absolument que toute la famille prononce les trois appels pour les Dieux Scandinaves Thorr, Freya et Odinn. Commençons notre repas de solstice d’hiver par l’incontournable nourriture de l’Atlante. Chaque territoire a ses propres recettes, même si beaucoup restent proches. Il est toutefois inconcevable de ne pas manger des produits de la mer. Après cette première dégustation, le premier appel doit être porté: « Buvons à la santé du Dieu Thor! Qu’il nous apporte la Force dans nos combats.»

Nous pouvons ensuite manger du savoureux boudin blanc puis, le plat principal qui ne peut être autre que du porc. Tradition oblige, or de question de manger de la dinde ou du coq ! Le mieux étant un animal entier, rôti et bourré de farce. Il doit être accompagné de pommes de terre ou de purée de marrons et de pommes « grises ». Après avoir manger le porc, il faut porter le second appel : « Buvons à la santé de la Déesse Freya ! Qu’elle nous apporte la Fécondité dans nos travaux. »

Le banquet continue avec une salade d’hiver, mélange d’endives, de betteraves rouges, de noix, de pommes émincées assaisonnées de jus de citron et de crème. Les pommes et les noix ont toujours fait partie du menu du solstice d’hiver. Dans ces fruits se cache le noyau de la vie éternel. On accompagne ce met de fromage du pays. L’instant de porter le dernier appel est arrivé : « Buvons à la santé du Dieu Odinn ! Qu’il nous apporte la Sagesse dans nos audaces. »

Enfin pour finir le dessert prend place, aujourd’hui il est souvent une bûche glacée ou pâtissière, c’est une hérédité inconsciente de la bûche de bois utilisé par nos ancêtres. Nous pouvons plus traditionnellement créer des petites pâtisseries en formes de bouc, cheval et sanglier, ou cuisiner des gâteaux à base de pommes ou de noix et de marrons. Quand à la boisson elle dépend de la tradition régionale mais reste fréquemment du vin chaud, en particulier le « glögg », alcool coutumier du Grand Nord. Le repas est consommé, l’heure de la veillée commence autour du feu. Chacun peut y lancer des écorces gravées de Runes en formulant un vœu, un serment. Nous pouvons également lire des récits, des contes.

Cette fête est aussi une manière de marquer notre lutte pour ne pas oublier les hauts faits de nos pères et transmettre notre héritage à nos descendants. Que cette nuit magique vous apporte à tous la force et le courage de continuer coûte que coûte notre combat. Prolongeons notre lignée et restons fidèle.

https://www.dailymotion.com/video/x3rsv2_le-chant-de-fidelite_politics


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Le soltice d'Hiver (21 décembre environ)   Dim 16 Déc - 18:10

Quand le début de l'année se tenait au 25 décembre, la nuit des Mères des
Anglo-Saxons, les prédécesseurs des anglais d'aujourd'hui, dans lequel ,
d'après l'ancienne interprétation, le soleil devrait reprendre sa course
...
La nuit de Mères, ou nuit de la Mi-hiver, et la nuit du Tournant du Soleil
ou nuit de la Mi-été ...
Les anciennes principales fêtes prenaient surtout place aux deux solstices
et aux deux équinoxes. La plus significative de toutes était celle de Jul
ou Jöl, la fête du solstice d'hiver. C'était pour ainsi dire la fête de la
naissance du soleil, dont le symbole est la roue, (Vieux Norois : hiol,
jol) et commençait la nuit du 25 décembre, la sainte Nuit des Mères ou «
Weih » (consacrée, sainte), ceci pour 12 jours jusqu'au saint Jour de
Lumière, ou Jour Principal. On se souvient encore du nom « Les Douze » ou
les Douze Nuits, qui désignait les jours du 25 décembre au 6 janvier, une
période sacrée. Pendant ce temps, toute querelle et toute arme étaient
laissées de côté, aucun travail ne devait être entrepris et les Dieux
tenaient leur cortège festif.
Pendant 12 jours, une ambiance de fête régnait dans les maisons et les
rues, et chaque invité était le bienvenu. Dans le foyer brûlait le bûche
de Noël que chacun pouvait aller chercher dans les bois sans être puni
comme un voleur de bois, et dans la salle décorée en vert résonnaient
pendant les fêtes des chants glorifiant le soleil enfant. On s'amusait à
toute sorte de jeux et de devinettes, et on prenait du porc comme met de
fête, le verrat étant consacré à Fro. Les gens croyaient que les Dieux
quittaient leur demeure dans la nuit pour descendre sur terre, et alors
l'influence divine se manifestait dans toute la nature.
Toutes les créatures fêtaient avec gratitude le train des Dieux, toute eau
était sacrée ou bien changée en vin, et tout recevait la consécration
divine. On puisait aux saintes sources au milieu de la nuit l'eau nommée «
Wy » afin de la conserver pour un usage consacré, et pour en asperger les
habitations, on sortait au dehors le fourrage afin de le bénir. On
ramassait des plantes rendues sacrées par le passage des Dieux, pour les
donner au bétail. On secouait les arbres pour les sortir de leur sommeil
et, ainsi éveillés, pour ainsi dire afin d'accueillir la Divinité, afin
qu'ils ne restent pas secs et stériles au moment de la fructification. («
au moment de la distribution de la providence des fruits »). On cherchait
ainsi à s'allier les Dieux par des dons et apaiser leur colère par des
feux brûlant en leur honneur, et en tenant de grands repas sacrificiels. »
Otto Freiher von Reinsberg-Düringsfeld, "Aberglaube-Sitten-Feste
Germaischer Völker, das festliche Jahr", Reprint-Verlag-Leipzig (reprint
of the original 1898).
Traduit de l' allemand par Yves Kodratoff.
Cet auteur nous dit aussi :
« (Les
Mères) arrivent chez nous la veille de Yule et se réunissent en une
joyeuse fête, un sumbel, Pertho ou Peorth (nom d'une des runes
germaniques), avec les femmes sages du lieu qu’elles visitent. Le
lendemain, elles sont rejointes par leurs conjoints et commencent les
douze jour de Yule, les douze jours d’ivresse mystique et de tempête
physique pendant lesquels vie et mort se confondent. »
Le solstice
d'hiver a toujours été une période de naissance des grands prophètes ou
personnages religieux (Mithra est né lors du solstice d'Hiver bien
avant le chritiannisme, Jesus achangé de date de naissance plusieurs
fois etc.).

Le folklore celtique nous est resté par l'épicéa (arbre
qui ne perd pas ses feuilles), les boules de noël (anciennement des
pommes, du blé étaient accrochées aux branches). On accrochait aussi
les branches de gui et de houx pour honorer ce qui nte meurt pas en
hiver.
Les civilisations proto-celtes (antérieures aux celtes),
donnent à cette période une grande importance, que l'on peut voir grâce
à l'alignement des pierres de certains mégalithes (Newgrange par
exemple et Stonehenge) lors du lever du soleil, le jour du solstice...



Extrait du site ( http://www.paganisme.fr )
Revenir en haut Aller en bas
Fabien
Contributeur avancé
Contributeur avancé



MessageSujet: Re: Fêter le solstice d'hiver   Lun 17 Déc - 22:47

Un seul mot MERCI camarade Flamand et alsacien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fêter le solstice d'hiver   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fêter le solstice d'hiver
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Solstice d'hiver
» Solstice d'hiver
» Solstice d'hiver - Dongzhi
» Yule : solstice d'hiver du 21 décembre 2014
» Solstice d'hiver 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VLAANDEREN ONS VADERLAND ! FLANDRE NOTRE PATRIE ! :: Connaître la Flandre et les Flamands :: Religion et coutumes / Godsdienst en gewoonten-
Sauter vers: